Les traitements bio vendus en magasin sont-ils sans danger ?

Dernière mise à jour : 15 août

Les traitements bio à base de produits naturels sont moins dangereux pour l’environnement et le jardinier qui les utilise. Mais attention à les utiliser correctement ! Des précautions s'imposent!

Les traitements bio vendus en magasin sont-ils sans danger ?

Quel impact ont les traitements biologiques sur l’environnement ?

Bien utilisés, les traitements biologiques ne bouleversent pas la biodiversité du jardin comme pourraient le faire les traitements chimiques.

Toutefois, s'ils sont mal utilisés ou surdosés, ils peuvent être néfastes, s’accumuler dans le sol, ou agir sans discernement sur les insectes.

Il faut aussi surtout se méfier de certains produits portant l’appellation « traitement bio » et qui ne le sont pas du tout. Il est recommandé de toujours bien lire les étiquettes sur les emballages pour en connaître la composition.

Bio ne signifie pas sans danger !

On a trop souvent tendance à croire que tout ce qui est écologique ou biologique ne représente aucun risque pour l’homme... C’est faux.

Quand vous effectuez un traitement bio sur vos cultures, respectez bien les précautions d’emploi et suivez à lettre les consignes d’utilisation fournies sur l’emballage du produit.


La bouillie bordelaise

Très connue de tous les jardiniers, la bouillie bordelaise est un mélange de sulfate de cuivre et de chaux, autorisé en agriculture biologique.

Elle se présente sous forme de poudre bleue, à diluer dans de l’eau.

Le mélange est ensuite pulvérisé sur les cultures pour détruire les champignons comme le mildiou et diverses maladies qui touchent les arbres fruitiers et la vigne.

Un surdosage de bouillie bordelaise apporte une pollution en cuivre du sol et de l’eau.

Un surdosage de bouillie bordelaise est mauvais pour la faune: les oiseaux, les insectes, les vers de terre qui participent, malgré eux, à la propagation du cuivre.

L'inhalation de la poudre, et son absorption (des résidus présents sur les fruits) sont nocives pour l'homme et les femmes.

Les légumes et les fruits ayant subi ce traitement doivent être soigneusement lavés avant d'être consommés.


Le soufre

Le soufre peut être ajouté à la bouillie bordelaise pour le traitement « bio » complémentaire. Il complètera le traitement apporté par la bouillie bordelaise.

Il peut être utilisé en traitement préventif ou curatif contre la tavelure du pommier et l’oïdium.

Mais il peut aussi être utilisé seul, dilué dans de l’eau et vaporisé.

Le soufre est utilisé contre l'oïdium, l'excoriose, le brenner, le blackrot et contre les acariens responsables de l'acariose et de l'érinose.

En cas de surdose, les jeunes feuilles jaunissent, brunissent et meurent. Des lésions superficielles, de couleurs brunes à noires, se forment sur les fruits. A terme, ils peuvent se fendre en grossissant.

Les légumes et les fruits ayant subi ce traitement doivent être soigneusement lavés avant d'être consommés.


La pyréthrine

La pyréthrine est un insecticide extrait du chrysanthème, utilisé contre les pucerons, les chenilles et de nombreux autres insectes.

Même s’il est admis en culture bio, il faut l’utiliser avec parcimonie, en dernier recours, uniquement en cas d’urgence et de façon très localisée contre l’altise du chou, la cicadelle, les larves de doryphores, les criocères, les punaises, les tenthrèdes, les thrips.

Attendez la fin de journée, après le coucher du soleil, pour pulvériser le pyrèthre car il se dégrade à la lumière.

Le surdosage de pyrèthre agit sur le système nerveux d'organismes à sang froid, et détruit sans distinction tous les insectes, les abeilles, les organismes aquatiques, les poissons et les reptiles et les algues. Respectez bien les doses indiquées sur l'emballage et protégez-vous avec un masque et des gants. Ce produit n'est pas sans danger pour son utilisateur.

Lisez bien l’étiquette afin d’être certain de ne pas acheter des pyréthrinoïdes qui sont des produits de synthèse, agissant comme de violents poisons non sélectifs et rémanents.

Les légumes et les fruits ayant subi ce traitement doivent être soigneusement lavés avant d'être consommés.


Le trichoderma

En vente en poudre ou en granulés.

Dans le premier cas, on l’applique sur les plaies consécutives au tailles, ou dans les trous des troncs d'arbres.

Le trichoderma est un traitement biologique utilisé contre certains parasites des arbres fruitiers et de la vigne. Son utilisation est préventive, et non curative.


Bacillus thuringiensis

Vendu en poudre, on le pulvérise sous forme de bouillie sur les plantes potagères attaquées, jusqu'au moment de la récolte.

  • Ce produit permet de lutter contre la fausse-arpenteuse du chou, la chenille de la fausse-teigne des crucifères et la piéride sur les brocolis, choux de Bruxelles, chou-fleur et le persil :

  • Il peut être utilisé contre le sphinx et la fausse-arpenteuse du chou, sur le céleri, le chou frisé, la salade, les pommes de terre, épinards et la tomate.

Devant le manque d'études indépendantes sur le danger du surdosage du bacillus thuringiensis, nous vous recommandons le principe de précaution: évi

Les légumes et les fruits ayant néanmoins subi ce traitement doivent être très soigneusement lavés avant d'être consommés.

La roténone, un insecticide naturel interdit

La roténone est un insecticide végétal organique et naturel. Il était vendu sous forme de poudre ou de liquide, et utilisé pour lutter contre les pucerons, les chenilles, et d'autres petits parasites : tenthrèdes, ver des framboises, acariens...


Cet insecticide, en plus d'être dangereux pour d'autres insectes et pour certains animaux, s'est avéré nocif pour l'homme :

altération de la fertilité,

toxicité pour l'embryon durant la grossesse,

maladie de Parkinson...

Le Québec a interdit son utilisation en 2011.

Ce n'est pas parce qu'une molécule est d'origine végétale, donc naturelle, qu'elle n'est pas dangereuse pour les écosystèmes et les êtres humains.


Le savon de marseille

Le savon de Marseille bio, à base d’huile d’olive rapé et mélangé à de l'eau produit un insecticide naturel et non toxique.

La vaporisation de ce mélange sur et sous les feuilles asphyxie les pucerons et les cochenilles.

Ce produit est moins efficace que les précédents, mais il est 100% inoffensif pour la nature, le jardinier et les enfants du jardinier.


58 vues0 commentaire