Pollution & COVID19 : quel impact à eu le coronavirus sur la pollution aux déchets plastiques

Dernière mise à jour : 12 août

Les produits en plastique ont joué un rôle important dans la protection des personnes pendant la pandémie de COVID-19.

Pollution & COVID19 : quel impact à eu le coronavirus la pollution aux déchets plastiques
La quantité de déchets plastiques générés dans le monde depuis l'épidémie est estimée à 1,6 million de tonnes/jour,

Des milliers de plastiques à usage unique sont jetés quotidiennement depuis l'apparition du coronavirus: masques, gants, tabliers, gants, combinaisons médicales de protection, flacons de désinfectant pour les mains, kits de test médical et bouteilles de désinfectants... Certains finissent dans la nature, d'autres baignent sur les côtes océaniques et iront joncher les fonds marins d'ici peu.


Environ 3,4 milliards de masques à usage unique sont jetés quotidiennement, à la suite de la pandémie de COVID-19, dans le monde!

Innover pour réduire

Une jeune entrepreneure mexicaine a inventé une gamme d'EPI (équipements de protection individuelle) réutilisables qui, espère-t-elle, empêcheront des tonnes métriques de vêtements médicaux à usage unique de se retrouver dans les décharges, les incinérateurs et les cours d'eau - et feront économiser une fortune aux hôpitaux. Tamara Chayo a déclaré que les EPI jetables causaient non seulement des dommages environnementaux, mais pouvaient propager le virus qui survit jusqu'à trois jours sur les plastiques – une préoccupation particulière dans les pays où la gestion des déchets médicaux est médiocre.

"La plupart des membres de ma famille sont des médecins et des infirmières. Ils pensent, OK, je sauve des humains, mais je ne sauve pas la planète", a déclaré Chayo à la Fondation Thomson Reuters. Chayo, un étudiant en génie chimique de 21 ans, a cofondé MEDU Protection à la mi-2020 pour développer une combinaison durable pour protéger les professionnels de la santé traitant les patients COVID-19 à un moment où les EPI étaient rares. Les vêtements sont fabriqués à partir d'un tissu similaire au revêtement utilisé sur les surfaces dans les laboratoires de recherche virale. Chayo dit qu'un médecin peut utiliser quatre blouses jetables par jour alors que son EPI peut être porté toute la journée et lavé 50 fois sans perdre ses propriétés protectrices, ce qui signifie que chaque vêtement permet d'économiser 200 articles en plastique des décharges et des incinérateurs. "Je suis vraiment excité à ce sujet", a déclaré Chayo, dont de nombreux membres de la famille ont travaillé sur la ligne de front de COVID-19. "Nous ne fabriquons pas seulement des vêtements médicaux ; nous voulons créer un mouvement pour une industrie médicale plus verte."

La quantité de déchets plastiques générés dans le monde depuis l'épidémie est estimée à 1,6 million de tonnes/jour

sources : sciencedirect et Medu-protection
9 vues0 commentaire