La glacière au charbon : un frigo zéro émission de CO2 et sans électricité !

Dernière mise à jour : 12 août


Les agriculteurs Africains peuvent conserver leurs fruits et légumes pendant plusieurs semaines, sans électricité.

Ils utilisent une chambre de refroidissement au charbon... comment cela fonctionne ?


@ image facebook groupe Les agriculteurs d'afrique

En afrique, la chaleur fait tourner les aliments très rapidement: une tomate mûre pourrit en moins de quatre jours.


L'utilisation d'une chambre à charbon de bois, réduit le taux de détérioration et permet de conserver plus longtemps les marchandises périssables en maintenant des températures basses.


Comment ça fonctionne?


Le charbon est un mauvais conducteur de chaleur: il absorbe l'eau et empêche le passage de la chaleur, gardant ainsi l'air frais dans la pièce.

La température d inflammation du charbon est de 470 degrés, soit plus de 100 degré que celle du bois !

De plus, le charbon nécessite un lit de flamme pour recommencer sa combustion ...


Avec une étincelle et en condition d usage courant: aucun risque que cette chambre froideprenne feu !

Elle mesure 1,70 m de largeur, 2 m de longueur et 2,80 m de hauteur.

Les murs sont construits avec des cadres en grillage contenant du charbon de bois.

Le toit est recouvert de plastique noir sur lequel de la paille a été ajoutée.

La sol est en ciment.

Pour la refroidir, les murs doivent être arrosés au moins une fois par jour.

Quand le charbon est bien humide, la température intérieure de la pièce avoisine les 12°c.

Les fruits sont rangés dans des cagettes et n’ont aucun contact avec les murs.

La durée de conservation des tomates entreposées dans cette chambre à charbon passe de 4 à plus de 30 jours.


On l'appelle aussi ‘’frigo naturel’’ ou ‘’évaporateur de refroidissement’’, la chambre froide à charbon fonctionne mieux dans les régions où la teneur en humidité de l'air est inférieure à la barre des 30 %.

Ces frigos naturels ne nécessitent pas d’électricité et s'avèrent être un atout précieux dans les zones rurales africaines.


En cas de forte production, les producteurs Africains de tomates, pastèques, oranges, mangues étaient contraints d’écouler toute leur récolte à un prix très bas, voire de la jeter. Cette méthode de conservation est un vrai plus pour eux !

63 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout